Soleil resplendissant pour accueillir ce dimanche 21 mai notre deuxième Balade verte. Au départ, une cinquantaine de cyclistes dont une petite dizaine d’enfants. Sans oublier la voiture balai qui faisait aussi covoiturage. Voici quelques temps forts de ce périple à travers les campagnes de Walhain.

 

Première étape : un arrêt au pied des éoliennes de Baudecet. Majestueuses, elles se déploient lentement sous nos yeux. Deux d’entre elles sont citoyennes, nous explique Benoît Spinewine, administrateur à la coopérative Nosse Moulin. Une part des bénéfices sera réinvestie dans des projets locaux liés à l’énergie. Une question (im)pertinente surgit de l’assemblée des cyclistes : « On parle d’une extension du parc avec 7 nouvelles éoliennes. Qu’en pensez-vous ? » Benoît est prudent et appelle à la vigilance. Personne n’a été prévenu officiellement de cette demande d’extension. Jean-Marie Gillet confirme. Pour rappel, une séance d’infos aura lieu à la salle des Boscailles, le 1er juin à 19h00. Qu’on se le dise !

 

Nous quittons les éoliennes par le Chemin du Long Cerisier. Arrêt au milieu du Chemin vicinal 326. Entre 1902 et 1961, un tram vicinal venant de Gembloux et passant par Sauvenière, traversait les campagnes vers Walhain. Surprenant, émouvant même… Après la station de Walhain, il se dirigeait vers les arrêts de Saint-Paul et de Tourinnes pour atteindre Sart-Risbart vers d’autres destinations. On trouve encore çà et là des traces de son parcours. Aujourd’hui, dans le cadre du Plan wallonie cyclable, un projet d’aménagement du tronçon reliant le centre de Walhain au ravel de Sauvenière est à l’ordre du jour. Jean-Marie a bon espoir. On croise les doigts ! Le passé a encore de l’avenir…

 

Nous empruntons une partie de ce vicinal pour rejoindre, par la rue du Baty, le cimetière verdurisé de Sart. Un endroit incroyablement paisible. Vincianne Gillard nous y attend. Cyréo, la coopérative dont elle est directrice, est active dans le recyclage (petit électro, bâches publicitaires) et la gestion durable de cimetières. Et le cimetière de Sart est le premier de Walhain à bénéficier de ses soins. Entre les tombes, des espaces verts et, partout, des petites fleurs avec une dominante bleu -mauve-fushia-rose. Le résultat est magique ! Cette coopérative à finalité sociale crée de l’emploi pour des travailleurs en réorientation. Elle propose ses services pour entretenir et embellir les tombes. En quittant les lieux, coup d’oeil à la cure de Sart (1763) magnifiquement restaurée.

 

Direction Chemin du Trou Bigau, tout proche du cimetière. Dans un endroit improbable, loin du bruit du monde, nous découvrons une maison basse énergie avec un pan de toiture semblable à la proue d’un navire. Yannick et Laure Dewael nous y accueillent chaleureusement. Ils nous expliquent leurs prouesses techniques pour économiser l’énergie: orientation de la maison, isolation du sol, mode de chauffage, etc.  Les questions fusent. Les plus intéressés entrent dans la maison pour découvrir qu’un sol foncé conserve bien mieux la chaleur qu’un sol clair ! Un chouette moment de partage d’expériences.

On reprend notre route. Et zut ! On apprend qu’un de nos comparses « a crevé »… près du cimetière! Ça ne s’invente pas! Un fer de barbelé traînait quelque part. Heureusement, la voiture balai a tout prévu .

 

Le long ruban de cyclistes, enfants en tête, se dirige vers la chapelle des Trois Tilleuls. On y fait une halte à l’ombre. Un petit commentaire sur les lieux permet de reprendre souffle avant la prochaine étape. La chapelle actuelle est récente mais elle est construite sur une chapelle plus importante datant du 16e siècle qui accueillait des offices. On venait y prier Notre-Dame pour la guérison des maladies des yeux et on raconte qu’il y eut là quelques miracles. En face, de l’autre côté du chemin, il y avait un moulin à vent, comme à Tourinnes et à Nil. On aperçoit au loin les éoliennes de Baudecet. Autres temps, autres moulins…

 

Après une paisible traversée des campagnes, nous rejoignons Saint-Paul, le plus beau hameau de l’entité dont les premières traces remontent au début du 12e siècle. Dans le porche de la petite église, Fernand Demortier, président de la Fabrique, nous attend. Il nous raconte son église, les tourments financiers pour la remettre en état et sa fierté du résultat. Il y a de quoi ! L’intérieur charme par sa simplicité et son harmonie. Il y aurait beaucoup à dire. Une mention particulière à la pierre tombale de Daniel de Saint Paul datée de 1301 et à Notre-Dame de Hal qui protégea les habitants des balles à la seconde guerre mondiale.

 

Nous redescendons le long du mur du presbytère (1758) vers la rue Pont du Château. Tiens, pourquoi ce nom ? Au temps jadis (16e siècle), il y avait ici une ferme importante, on parle de 150 ha, et un château de grande envergure, le château del Thour. L’histoire raconte que les tours trop imposantes se seraient effondrées. Le château comme la ferme ont été entièrement démolis vers 1905. Pourquoi ? Mystère ? Il nous reste la photocopie d’un tableau -qui nous a été donnée par Philippe Martin, notre historien local- et les lambeaux d’un mur de la ferme.

 

Dernière étape. Ouf ! On peut enfin s’asseoir et déguster ce que nos hôtes de Curcuma et poivre noir ont préparé spécialement pour nous. Curcuma et poivre noir, c’est une table d’amis qui propose une cuisine originale, savoureuse et attentive aux enjeux de demain et présente toujours des alternatives végétariennes dans ses menus. Fabienne et Pascal nous accueillent dans leur jardin. C’est délicieux, rafraichissant, dans un cadre reposant. On profite de l’instant pour papoter, parler de la balade et aussi de plein d’autres choses…

 

Cette Balade verte, c’est une belle réussite, tout le monde en convient!  « On va parfois loin pour se promener alors qu’il y a beaucoup  de belles choses ici, à portée de main » dit un cycliste.

Cette réussite, elle tient à la qualité des participants qui ont répondu nombreux et ont participé avec beaucoup d’enthousiasme. A nos hôtes successifs qui ont accepté de nous recevoir et de nous faire part de leurs expériences. Aux richesses que recèlent nos villages et qui restent encore à découvrir. Et aussi à l’équipe d’ ECOLO Walhain qui en a porté l’organisation…

Rendez-vous l’an prochain ?

D’autres photos ici…

 

——————————————————————

Quelques liens pour celles et ceux qui veulent en savoir plus.

  • Les éoliennes : la coopérative citoyenne Nosse Moulin
  • Le tram vicinal: revue Wavriensia (n°4, 2013) dont est extraite l’image représentant le vicinal à Sauvenière (p. 188).
  • Le cimetière verdurisé de Sart:  site de Cyréo et reportage sur Canal Zoom
  • Le blog de la maison basse énergie de Yannick et Laure Dewael à Sart
  • La maison d’hôtes Curcuma et poivre noir
  • Un reportage de notre première balade verte, en juin 2016
  • Un article sur le projet de liaison cyclable entre Walhain et Sauvenière
  • Pour l’histoire locale, UN contact s’impose: Philippe Martin, qui connaît l’histoire de nos villages sur le bout des doigts.
  • Un livre de référence fera votre bonheur: Chastre et Walhain, bien illustré, qui fournit des photos de tout ce qui est intéressant à Walhain d’un point de vue patrimonial, avec des explications à la portée de tous. (Publié par le SPW, Patrimoine architectural et territoires de Wallonie, Maradga, 2008, pour 12€.)
Share This