Par Adrian Eylenbosch.

C’est le slogan qui résonne dans nos têtes depuis le 2 décembre dernier, ce jour historique !… Plus de 70.000 personnes marchaient dans les rues pour réclamer une politique climatique plus ambitieuse. C’est le plus grand rassemblement pour le climat jamais organisé en Belgique ! On y voyait des enfants, des parents, des grands-parents, des gens de tous bords sur l’échiquier politique. Le climat dépasse largement les Ecolos, cela devient une préoccupation commune à tous.

Malgré ce rassemblement des plus grandioses, les réactions des hommes et femmes politiques étaient pathétiques. Le 4 décembre, soit deux jours seulement après cette grande marche, la Belgique vote contre une proposition de directive sur l’efficacité énergétique lors du conseil des ministres de l’Union Européenne et s’abstient lors du vote d’une directive sur les énergies renouvelables. Seule la République Tchèque, pays climatosceptique, a également voté dans le même sens. Pour couronner le tout, la Belgique bafoue également la COP24 en envoyant Marie-Christine Marghem, Ministre fédérale de l’Environnement, qui en tant que simple ministre, ne pouvait pas prendre la parole.

Le 10 janvier, 3000 élèves flamands ont séché les cours pour exiger du gouvernement des mesures plus fortes pour limiter le réchauffement climatique.  Le 17 janvier, les élèves francophones rejoignent le mouvement et le nombre gonfle à 12.500 personnes. Le jeudi suivant, ce nombre a triplé : ils sont 35.000 dans les rues de Bruxelles. Enfin, le dimanche 27 janvier, une marche nationale rassemble à nouveau plus de 70.000 manifestants dans la capitale. Ce mouvement n’est pas près de s’arrêter. Les jeunes affirment qu’ils continueront à manifester tous les jeudis jusqu’à obtenir ce qu’ils veulent : une loi climat.

Cet éveil des jeunes a été inspiré par Greta Thunberg, une jeune suédoise de 16 ans, qui n’en est plus à son coup d’essai. Au moment où j’écris ces lignes, c’est la 22e semaine qu’elle s’assied devant le parlement suédois pour manifester pour le climat. Elle a inspiré de nombreux jeunes dans le monde entier et est devenue très influente. Invitée à la COP24 et dernièrement au Forum de Davos en Suisse, elle fait des discours très engagés et a montré clairement que les dirigeants de ce monde ne se préoccupent pas assez du climat !

Retenons de ce mouvement qui s’intensifie qu’il ne faut surtout pas lâcher, pas se décourager, mais au contraire être déterminés. “On a toujours climat !” Il faut continuer les mobilisations[1] et ne pas se satisfaire de « coachs climats » comme le propose Marie-Christine Marghem. Il faut exiger une loi climat, pour éviter de dépasser les deux degrés de réchauffement climatique qui mèneront à des conséquences irréversibles pour la planète, et pour notre vie sur Terre. Pensons aux générations futures, pensons à notre futur, pensons à demain!

[1]Pour cela, rendez-vous tous les jeudis à Bruxelles, rendez-vous aussi aux marches mondiales pour le climat, notamment le 15 mars !

Texte de la proposition de loi pour le climat

 

Share This