Article de Nadia Lemaire.

Saint Nicolas a rejoint son atelier de jouets. Maintenant, c’est la dernière ligne droite vers les fêtes. À quelques semaines du réveillon de Noël, vous pensez probablement à votre décoration…  Noël ne serait pas Noël sans le roi des forêts qui trône dans le salon, orné de guirlandes et de boules scintillantes. Mais quel sapin choisir? That’s the question…

Un sapin artificiel?

Son avantage est de pouvoir être réutilisé durant plusieurs hivers et de ne pas provoquer la coupe de vrais arbres. Mais est-ce suffisant pour respecter l’environnement ? Hélas, non.

Le sapin éternellement vert doit sa couleur et sa ténacité à sa fabrication avec des matières non renouvelables comme le PVC, le plastique et l’aluminium. Ces arbres artificiels sont généralement fabriqués en Asie. Par conséquent, la pollution est non seulement liée à leur fabrication mais aussi à leur importation sur le territoire. Enfin, ils augmentent la quantité de déchets dans les décharges car au moment de s’en débarrasser, la seule solution est de l’incinérer.

Pour contrebalancer ces impacts négatifs, un sapin artificiel devrait être utilisé au moins 20 ans. Or, en moyenne, il n’est conservé que 6 ans. Le sapin artificiel n’est donc pas une bonne idée du point de vue environnemental. À éviter …  sauf si on en a déjà un ! On veille alors à l’utiliser le plus longtemps possible afin d’amortir son impact environnemental.

Un sapin naturel?

Suivant les espèces, un sapin a besoin de 5 à 10 ans avant d’atteindre la hauteur souhaitée pour la mise en vente. Durant cette période, l’arbre transforme le dioxyde de carbone de l’atmosphère en oxygène. Cela permet ainsi de réduire la concentration de dioxyde de carbone atmosphérique qui contribue à l’effet de serre. Un hectare de plantation peut éliminer jusqu’à 26000 kg de polluant d’air annuellement.

Les sapins naturels sont biodégradables. Il existe également de nombreuses solutions pour lui donner une deuxième vie après les fêtes : le recycler, le replanter… Étant naturel, le sapin pourra être utilisé pour le compost, transformé en copeaux de bois ou se décomposer seul dans la nature.

Le sapin naturel serait plus écologique. Oui, MAIS… Ce qui pose problème, c’est l’extension de la monoculture des sapins néfaste à plus d’un titre: utilisation d’engrais chimiques et autres herbicides, accaparement de terres de culture, envolée du prix des terres au détriment des jeunes agriculteurs, dégradation des sols par risques d’érosion…

Et pourquoi pas un sapin fait-maison?

Si on est créatif, on peut fabriquer son sapin de Noël à partir de matériaux de récupération. Il possible de faire un sapin avec des planches en bois, des branches, des guirlandes ou simplement des boules de Noël. Car la tendance « Do It Yourself » vaut aussi pour le sapin de Noël.

Les possibilités sont infinies. Le sapin bricolé en assemblant des objets trouvés chez soi, de différentes longueurs, épaisseur… ça peut être des planches de bois, des branches trouvées dans le jardin, des cintres qu’on n’utilise plus, On peut aussi le peindre, avec une peinture naturelle bien sûr. Ce peut aussi être le sapin dessiné avec une simple guirlande au mur…

Vous êtes fièr-e-s de votre création ?  “Terre en Vue” organise chaque année un concours des plus beaux arbres de Noël alternatifs : Le concours 2018 est lancé ! Avis aux artistes…

Si c’est trop tard, vous pouvez déjà penser à l’an prochain en récoltant autour du sapin de cette année, toutes les idées de la famille pour la  fabrication d’un sapin alternatif…  Et si vous avez de chouettes idées, n’hésitez pas à les partager dans la rubrique Commentaire ci-dessous ou en nous envoyant un mail à ecolo.walhain@gmail.com.

 

La solution-miracle n’existant pas, libre à chacun de peser le pour et le contre.
Quel que soit votre choix, qu’il se fasse dans le respect de l’esprit de Noël !

Share This