Cela fait quelques semaines qu’on a vu surgir, le long de nos routes, des petits panneaux verticaux avec des chiffres et des flèches en vert. De nombreux Walhinois se demandent ce que cela veut dire et où cela va les mener…

De quoi s’agit-il?

C’est un système de fléchage d’itinéraires cyclables sélectionnés par des usagers du vélo en raison de leur cyclabilité.

Chaque croisement, ou point-noeud, est identifié par un numéro qui se trouve dans le haut du petit panneau. En-dessous, d’autres chiffres avec des flèches renvoient vers d’autres points-noeuds. Ces numéros ne contiennent généralement pas plus de 2 chiffres. Facile à lire et  simple à retenir!

Il suffit donc au cycliste de faire lui-même son parcours en notant, sur la base d’une carte de points-noeuds, ceux qu’il souhaite suivre. Il peut alors circuler facilement et sans carte, en suivant un parcours prédéfini qu’il peut néanmoins modifier à sa guise en cours de balade.

Où trouver une carte?

L’opération « points-noeuds » vient juste de démarrer en Brabant wallon.  Le placement de ces panneaux n’en est donc qu’à ses débuts. La Province attend d’avoir un réseau complet pour mettre en ligne une carte interactive.

  • En attendant, vous pouvez trouver via internet – pas facilement il est vrai – une carte sur le site de la province. Sur la droite de l’écran, un petit onglet  rouge avec menu déroulant Vous cochez ‘Le Brabant wallon à vélo’. Et voilà, le tour est joué!
  • Vous pouvez également adresser une demande de carte papier à l’adresse suivante: velo@brabantwallon.be. C’est gratuit et bien pratique!

 

Que recouvre ce réseau de points-noeuds?

La Flandre a été pionnière en la matière. Depuis 2006, tout son territoire est couvert par le réseau points-noeuds (knooppunten). Pour la petite histoire, ce système fut inventé par un ingénieur astucieux qui travaillait dans les charbonnages du Limbourg. Il imagina d’attribuer des numéros aux croisements des galeries. Les mines ont depuis fermé leurs portes mais le système a survécu. Notre ingénieur a eu l’idée de transposer ce système aux pistes cyclables. Le Limbourg fut la première province à en profiter. Ce fut ensuite la Campine avant que le système ne s’étende à toute la Flandre.

En Wallonie, plusieurs points-noeuds sont aujourd’hui opérationnels dans les provinces de Hainaut, Namur et Liège. C’est donc le tour du Brabant wallon.

Nous pouvons être fiers car notre système a ses émules. Des pays limitrophes comme les Pays-Bas et l’Allemagne s’inspirent aujourd’hui aussi de ce modèle.

 

Explication en images
Source: le site de la Province du Brabant wallon
Share This