Les demandes pour le Revenu d’intégration sociale (RIS) explosent…


La directrice générale du CPAS, invitée au Conseil communal du 28 décembre, met l’accent sur 3 éléments.

– La dotation communale est maintenue à son niveau de 2013 et de 2014, soit un subside de 913.000€. Pour rappel, cette dotation avait été augmentée de 27% en 2013.

– Une assistante sociale à mi-temps subsidiée par Fedasil sera engagée pour faire face à l’ouverture de nouvelles places d’accueil pour les réfugiés. (On sait depuis peu que, suite au plan de répartition des demandeurs d’asile entre les communes adopté par le gouvernement fédéral, la commune Walhain qui accueille déjà 17 réfugiés devra en accueillir 20 au total.)

– Le nombre de demandes pour le Revenu d’intégration sociale (RIS) a explosé en raison de l’arrivée croissante des exclus du chômage concernant principalement les jeunes de 18 à 25 ans mais aussi les personnes sanctionnées. Le tout sur un fond de crise économique et d’austérité. En 2015, le montant prévu était de 180 000€. Il passe à 297 000€ pour 2016. (Qui disait que Walhain est une commune de riches?!…)

S’ensuit un débat entre majorité et minorité à propos des difficultés du CPAS qui commence à puiser sur ses réserves et éprouve des difficultés à faire face à des dépenses telles que, par exemple, des augmentations barémiques. Au nom de la minorité Avenir communal, Xavier Dubois demande ce qu’il en est du positionnement politique de la majorité par rapport aux choix des services à maintenir ou à supprimer et regrette l‘absence de décision structurelle pour orienter le budget du CPAS.

Laurence Smets estime que le CPAS est bien doté (la plus haute dotation par habitant des communes au profil similaire) et que, certes, des choix devront être faits mais que les incertitudes pesant sur l’avenir des CPAS sont actuellement trop nombreuses pour procéder à ces choix. Mais le moment venu, ces choix seront effectués, ajoute-t-elle.

Le budget est adopté majorité contre minorité.

« A voir la société dans laquelle nous vivons, je crains que le CPAS ait de plus en plus de travail pour venir en aide aux personnes défavorisées », déclarait tout récemment Jeanne-Marie Oleffe, présidente sortante du CPAS d’Ottignies. A Walhain, des choix devront sans doute être effectués dans un proche avenir pour permettre au CPAS, dernier rempart de la dignité humaine, de continuer à assumer pleinement ses missions.

 

Share This