L’avis du Collège communal

L’avis du Collège communal concernant le projet d’un parc de 10 éoliennes entre Libersart et Corroy-le-Grand a été communiqué au Conseil communal ce lundi 27 mars. Il est négatif, même si ce projet comprend de bonnes choses, comme l’a souligné Jean-Marie Gillet, échevin de l’énergie.

Ce projet était en débat depuis de longues années (2010) et le promoteur s’était voulu à l’écoute des attentes de la commune. Mais, au vu des nombreuses remarques motivées des riverains et en l’absence d’une véritable coordination par la Région wallonne des projets éoliens à venir sur le territoire de Walhain, le Collège a rendu un avis négatif.

Ce n’est qu’un avis parmi d’autres et la commune n’est pas à la manœuvre. L’affaire est maintenant entre les mains des différentes instances de la Région wallonne et, en priorité, du Fonctionnaire délégué de celle-ci. C’est le début d’une longue procédure qui peut durer de 2 à 7 ans. (Voir ici les étapes d’un projet de parc éolien.)

Une situation difficile pour ECOLO

La situation n’est pas simple pour nous, ne le nions pas. ECOLO veut développer les énergies renouvelables dont l’éolien fait incontestablement partie, tout en veillant à un cadre de vie de qualité pour tous. Nous l’avons toujours dit et écrit: l’éolien oui, mais pas à n’importe quel prix!

Que ce soit à Walhain, à Chaumont- Gistoux ou ailleurs, le refus des éoliennes par une partie des citoyens met ECOLO en situation difficile, surtout lorsque des écologistes se trouvent dans la majorité et que le projet concerné comprend des éoliennes mises en œuvre par des coopératives citoyennes.

ECOLO Walhain estime tout à fait judicieux de prendre en considération les avis des riverains concernant le bruit, la santé, l’impact sur les paysages, même si nombre de ces griefs, mais pas tous, trouvent réponse dans l’Etude d’Incidences Environnementales (EIE). Sinon, pourquoi organiser des séances d’information et une enquête publique? Mais ECOLO regrette vivement que les enjeux du futur soient, ici comme ailleurs, relégués à l’arrière-plan.

Le projet présente certes des faiblesses mais n’était-il pas amendable?

Les faiblesses d’un projet amendable

La faible prise en considération par l’Etude d’Incidences Environnementales de la question de la santé, soulignée à de nombreuses reprises par les riverains, donne l’impression que l’on fait davantage attention au bien-être des animaux qu’à celui des êtres humains. Toutefois, actuellement, aucune étude partagée par des scientifiques reconnus ne laisse penser à une dangerosité pour la santé humaine. L’EIE aurait gagné à le dire, même si ce n’est pas dans son « Cahier des charges ».

Le nombre important d’éoliennes (10) et la proximité de certaines habitations constituent un autre point faible. Un aménagement intéressant du projet, de notre point de vue, serait une réduction du nombre d’éoliennes pour les éloigner davantage des habitations les plus impactées.

Pour qu’il soit acceptable, ce projet aurait dû (devrait), selon nous, être remanié sur plusieurs de ces aspects. En ce sens, ECOLO Walhain aurait préféré un OUI, MAIS…

Les incertitudes pesant sur l’éolien

Elles sont importantes, prêtent le flan à tous les recours et sont essentiellement liées à l’absence d’un cadre juridique et règlementaire clair.

  • L’absence d’un cadre clair – que ce soit pour le respect des normes de bruit, la notion de coopérative citoyenne, le rôle des communes, le montant de la taxe communale – engendre un manque de sécurité pour tous les acteurs concernés.
  • L’absence d’une vue d’ensemble des parcs potentiels sur une zone déterminée fait problème. A Walhain, plusieurs projets sont en lice mais certains auteurs de projets n’ont pas encore introduit de demandes de permis. Dans le cas présent, il se pourrait que le parc en question soit doublé de l’autre côté de la E411 par un autre parc, celui de Winf4Ever mais, à notre connaissance, aucune demande officielle n’a été introduite pour ce projet. Ce qui explique que la question ne figure pas dans l’EIE.
  • Les exigences de la Défense nationale constituent souvent un frein à l’installation de parcs éoliens. Ici, la Défense, en raison de la proximité de la base de Beauvechain, a  imposé une hauteur de mats de 122m, hauteur respectée par le projet. Mais nous ne savons pas à ce jour si le promoteur a obtenu l’accord de la Défense.

Au-delà des contingences locales, il est donc grand temps que le gouvernement wallon sécurise la réglementation en la matière.

Un éolien véritablement citoyen

Un enjeu pour demain

 

 

 

Il est indispensable, pour que l’éolien soit davantage accepté et acceptable, que la règlementation de la Région wallonne prévoie d’associer davantage les citoyens et les communes au processus pour qu’ils puissent jouer un rôle actif, à tous les stades du projet et pas seulement au moment de l’enquête publique. Pour qu’ils soient bien informés de tous les enjeux. Pour qu’ils soient mieux associés au partage des bénéfices dans une perspective d’équité. On pourrait ici se demander pourquoi les agriculteurs sur les terres desquels s’implantent ces éoliennes sont indemnisés, ce qui est certes bien normal, mais pas les riverains les plus proches?

La situation actuelle ne fait que reculer l’échéance du renouvelable en Région wallonne. Si la Wallonie veut atteindre ses objectifs de production en 2020, il lui faudrait pour cela construire environ 160 éoliennes au cours des 4 années à venir, soit 40 éoliennes par an alors que seules 19 éoliennes ont été construites en 2016. Et l’effort de 2020 sera encore plus intense.

Il faut une vision politique qui semble faire largement défaut aujourd’hui en Région wallonne.

Une affaire de génération?

De tout temps, l’énergie a marqué les paysages et les mentalités: terrils et châssis à molettes autour des exploitations minières, lignes à haute tension, pylônes électriques en tout genre, tours de refroidissements des centrales nucléaires, centrales thermiques, etc.

Le mot de la fin? A la sortie de la séance d’information au Fenil, une habitante de Walhain, la soixantaine affirmée, disait ceci:

Moi, je n’achèterais pas une maison près d’un parc éolien. Mais les jeunes raisonnent différemment, ils ne voient pas cela de la même manière. Et ils ont sans doute raison… Dans quelques années, cela ne posera plus problème.

N’est-il pas de notre responsabilité, aujourd’hui, de préparer au mieux le terrain pour demain, pour les générations à venir.

Share This