peut-on lire dans L’Avenir de ce mercredi 23 janvier. « Des imprécisions, des contradictions, des concepts non définis. Autant de points relevés par la CCATM au sujet de la révision du SDER. »


Le conseil communal a approuvé l’avis de la commission consultative communale de l’aménagement du territoire et de la mobilité (CCATM) sur le schéma de développement de l’espace régional (SDER) : ce document servira de référence pour les décisions en matière d’habitat, cadre de vie, déplacement, implantation de zones d’activités économiques… au niveau régional.

Le ministre de l’Environnement a sollicité l’avis des conseils communaux sur les propositions d’objectifs de la révision du SDER avant le 31 janvier.

À Walhain, l’avis de la CCATM a été présenté lundi au conseil. La CCATM relève que des concepts évoqués sont imprécis : il est question de «territoire central», mais ce concept n’est pas clair. Pour la CCATM, atteindre 25 logements à l’hectare n’est pas réaliste dans une commune rurale ou alors «il faudrait construire en hauteur. La question de l’intégration avec le milieu existant doit être posée, ce qui semble insuffisamment le cas .» La notion de «bassin de vie» n’est pas définie. «S’agit-il d’une commune? De la province? De plusieurs communes?» La CCATM relève aussi des objectifs contradictoires dans le document régional qui prône le développement des énergies renouvelables, notamment éoliennes, mais aussi la préservation des paysages, qui demande de favoriser des logements meilleur marché, mais aussi de forcer les certifications PEB. «Ce qui a un coût», relève la CCATM. La commission lie aussi le développement de zones économiques aux zones où le chômage de longue durée est présent. «Les implantations économiques devraient être favorisées non pas en fonction de seuls critères d’accessibilité autoroutière ou ferroviaire, mais également en fonction de la présence d’un chômage longue durée», indique la CCATM

Le sérieux du travail de la commission a été unanimement salué au conseil. «Il n’était pas facile de formuler un avis sur un document imprécis et parfois contradictoire», a relevé la bourgmestre Laurence Smets, précisant que l’exercice de révision est déjà difficile au niveau communal, pour le schéma de structure, alors qu’au niveau régional, c’est encore moins facile.

Le document régional reviendra devant le conseil sans doute en septembre et une enquête publique est évoquée en mai. La Région espère adopter définitivement le document révisé en décembre. Un timing que certains jugent «peu crédible».

Article paru dans L’Avenir du 23 janvier.

Share This