Qu’on se le dise…


Dans la quasi totalité des communes, c’est le ou la bourgmestre qui préside le Conseil communal. Seules 4 communes du Brabant wallon, dont Walhain, ont adopté le nouveau code de démocratie locale qui permet à un autre conseiller communal de la majorité d’assurer cette fonction.

Ce lundi 17 décembre, pour la première fois, Agnès Namurois présidera la réunion du Conseil communal.

Quelle est l’importance de cette fonction, quels en sont les enjeux? En quoi consiste-t-elle vraiment?

Le/la président(e) va préparer et modérer les réunions, préparer les débats. Cela assure une meilleure répartitions des rôles et permet d’exercer une réelle influence au sein de la vie communale. Auparavant, c’était le/la bourgmestre qui avait cette responsabilité, c’est donc une « nouveauté ». L’objectif de cette dissociation est de donner une place plus importante au Conseil Communal, en garantissant son indépendance vis-à-vis du Collège. Outre Walhain, Beauvechain, Orp-Jauche, Ottignies Louvain-la-Neuve ont également choisi de donner la présidence à une autre personne que le bourgmestre.

« C’est tout sauf anecdotique. Une certaine forme de reconnaissance, un rôle important de modération voire une certaine forme d’influence, une fonction de pouvoir réel ». Tels sont les propos de Benoit Rihoux, politologue à l’UCL.

Dans une toute récente interview à Canal Zoom, Jean-Marie Gillet exprime sa satisfaction de pouvoir continuer les projets entamés. Agnès Namurois se réjouit d’exercer cette fonction de Présidente du Conseil communal qui lui permettra de « faire la jonction entre le Collège et le Conseil, un rôle de lien fort ».

A l’ordre du jour de cette réunion:

Share This