« La jeune génération qui a grandi en Brabant wallon a de plus en plus difficile à se loger. »


Dans une interview au Soir, Thierry Eggerickx, démographe à l’UCL, étudie les effets de la croissance démograhique sur le logement, croissance liée au « décongestionnement » de l’agglomération de Bruxelles au profit de sa périphérie. La conséquence principale en est une augmentation du prix des logements, ce qui a un impact négatif pour un certain nombre de personnes, notamment les jeunes qui ont grandi en BW et qui souhaitent y rester. Quasi impossible!

Et l’avenir? Le démographe ne constate aucun ralentissement de ce mouvement « migratoire » depuis Bruxelles. Il ajoute: « compte tenu de l’effet de sélection sociale en Brabant wallon, la population atteint de plus en plus le haut de la pyramide sociale. Cette tranche de la population est par définition moins sensible à la crise. L’effet de sélection sociale risque donc de perdurer. »

Quid à Walhain? L’infographie qui accompagne cet article est éloquente. La répartition des groupes sociaux montre que Walhain atteint ce sommet de la pyramide sociale. En effet, Walhain est la commune du BW où le groupe social favorisé est le plus important (61% de sa population) devant La Hulpe, Grez-Doiceau, Chaumont-Gistoux et même Lasne. Mais aussi, que 20% des Walhinois se situent dans des groupes sociaux nettement moins favorisés.

Pour plus de détails, lire l’article complet…

Un commentaire. Une politique du logement audacieuse s’impose en BW et, particulièrement à Walhain. Il faut pouvoir juguler cette « explosion » des prix du logement par différentes mesures publiques et réguler ce marché. Le défi est immense et ne peut être relevé par une commune seule. Une politique régionale s’avère indispensable.

Share This