La commune de Walhain va en recours au Conseil d’Etat.


« Le conseil communal n’est pas d’accord avec l’arrêté de gouvernement publié en juillet, en ce qui concerne le tracé de la voirie, notamment.

C’est contre l’entièreté de l’arrêté de gouvernement adoptant définitivement la révision partielle du plan de secteur par l’inscription d’une zone d’extraction au lieu-dit «Les Turluttes» sur les territoires de Chaumont-Gistoux et Walhain que le conseil communal de Walhain a décidé d’aller en recours au Conseil d’État, lundi soir. Et ce, parce qu’il n’est pas possible de contester, en partie seulement, l’arrêté de gouvernement.

Néanmoins, la bourgmestre de Walhain l’a encore répété lundi soir : Walhain n’est pas contre l’extension des carrières, mais dans l’arrêté de gouvernement publié le 12 juillet dernier, une série d’éléments posent question, compte tenu de l’avis remis par le conseil communal de Walhain en mars 2010.

L’avis du conseil précisait que Walhain était favorable au développement de la carrière, sur le principe, mais qu’il existait des points où le collège demandait une attention particulière.

«L’arrêté de gouvernement a été une réelle surprise pour nous et il ne nous apaise pas sur certains points précis, comme la voirie sortant de la zone d’extraction.» a détaillé la bourgmestre Laurence Smets. On voulait une voirie privative, en site propre, réservée pour les camions, qui ne traverse pas de voirie communale et qui relie directement la N243a. Ce n’est pas le cas! L’arrêté de gouvernement prévoit une voirie publique qui traverse les chemins de remembrement. On a négocié pour avoir des murs anti-bruit. Un investissement d’un million d’euros est prévu (pour 1, 1 km de murs) mais on ne sait pas de quel côté ils seront placés.»

L’arrêté de gouvernement manque donc cruellement de précision, regrette le collège communal qui a dès lors décidé d’aller en recours au Conseil d’État.

«On ne peut en effet pas accepter une décision qui ne nous apporte pas d’apaisement. Nous allons essayer d’obtenir des précisions. Il n’est pas question de remettre en cause l’extension des carrières et les emplois qu’elle génère, mais de protéger les intérêts des habitants.» a justifié la bourgmestre Laurence Smets. «Aller en recours, c’était respecter la décision du conseil communal.» a ajouté l’échevine Nicole Thomas-Schleich. Le conseil s’est prononcé à l’unanimité pour l’autorisation d’ester en justice.

On rappellera que dans ce dossier, Walhain et Chaumont-Gistoux ne sont pas d’accord sur le tracé de l’itinéraire destiné à desservir la carrière. Walhain propose un itinéraire qui relie la sortie 10 de la E411 via la N243 et la N243a. Une solution rejetée par Chaumont-Gistoux qui craint que les camions ne continuent à traverser le centre de Gistoux. Chaumont propose donc un autre itinéraire reliant en direct la N243a. Un chemin qui coupe un chemin de remembrement et que Walhain juge trop proche des habitations de Libersart. »

Laurence Dumonceau, dans L’Avenir du 14 novembre 2012.

Voir aussi le reportage de Canal Zoom…

Share This