Les communales de 2012 ne sont pas loin. A découvrir, les premiers articles sur ce qui pourrait se passer à Walhain… et qui n’engagent que leurs auteurs!


La Libre Belgique – 24 novembre 2011

Geoffroy Herens

A un an des communales, quelles sont les tendances qui se dessinent à Walhain ?

Dix, c’est le nombre de sièges qu’occupe à Walhain la majorité Wal 1/Ecolo. Les sept autres sont tombés dans l’escarcelle d’Avenir communal. En obtenant 17,3 % des voix, en 2006, la liste Ecolo s’est adjugée le droit de décider du sort des élections. Ni Wal 1 (43,17 % des voix), ni Avenir communal (39,53 %) n’avaient de majorité absolue. Finalement, Ecolo avait décidé de s’allier avec Wal 1, propulsant ainsi Laurence Smets au rang de bourgmestre. Laurence Smets en 2006 avait récolté 1129 voix de préférence. Son principal concurrent, Robert Decelle, n’en a obtenu que 774. Sauf arrivée d’une nouvelle liste d’ici octobre 2012, le scrutin communal walhinois se jouera entre trois groupes : Wal 1, Ecolo et Avenir communal, pour citer leurs appellations respectives actuelles. Ce n’est plus un secret : les deux premiers cités s’entendent très bien. Quant au troisième, il a laissé voir des votes disparates en son sein.

Reste que ces derniers devront vraisemblablement faire sans les voix de Josiane Denil, ancienne présidente du CPAS et dissidente depuis plusieurs mois. A moins que la relance d’une section locale du CDH (présidée par Xavier Dubois) ne modifie la donne.

Du côté du pouvoir en place, l’entente du moment laisse présager d’une reconduction en décembre 2012 si nécessaire. Tout dépendra des scores de chacune des deux parties.

Car si Wal 1 devait obtenir une majorité absolue confortable, rien n’indique pour l’instant que l’alliance sera reconduite. Reste que les rapports sont nettement meilleurs avec Ecolo qu’avec Avenir communal.

Un rapport partagé du côté des verts, où Agnès Namurois n’a pas toujours été épargnée par les critiques de l’opposition. « Il n’y a pas de préaccord, précise l’échevin Écolo Jean-Marie Gillet. Nous n’en sommes pas là. »

D’ici là, le Nil coulera sous les ponts et les listes entreront dans leur phase de construction. A ce titre, aucune certitude non plus, si ce n’est le désir de Laurence Smets de continuer avec l’équipe qu’elle a menée lors des élections de 2006. « Je suis optimiste pour la suite », avoue-t-elle.

Chez Ecolo, aucun commentaire de ce style. « Nous n’avons pas encore entamé de réflexion formelle sur le programme ou la liste, note Jean-Marie Gillet. Nous travaillons plutôt sur l’évaluation de ces cinq années. Et en matière de noms, tout dépendra de chacun car s’il y a l’aspect politique, il y a aussi l’aspect familial qui joue. »

Share This