Voir le site Ecolo-Chaumont Gistoux


Des éoliennes à Chaumont-Gistoux ? Pas impossible : Electrabel a un projet dans ses cartons, le long de l’E411 aux confins de Corroy et Walhain. Le collège communal a récemment décidé par un vote à la majorité (ARC mais pas ECOLO) d’accepter la proposition d’Electrabel. Celle-ci consiste à donner son accord, au moment opportun, afin qu’Electrabel implante des éoliennes sur le territoire de CHG moyennant un loyer alloué à la Commune.
Publié le mercredi 25 août 2010

Des éoliennes chez nous ?
Ainsi que le montre l’infographie, le site prévu n’est pas dénué d’intérêt : venteux car dans une zone élevée (150 m, point le plus élevé de la commune) et dénué d’obstacles naturels ; tout proche de l’E411 ; proche d’une cabine à HT pour le raccordement (N4 à Corbais) ; suffisamment loin des habitations (> 1 km à vol d’oiseau des premières maisons de Corroy, Nil et Libersart) ; hors couloirs de migration.

Les éoliennes, pour ou contre ?
Sujet “dans le vent” depuis des années, les avis divergent parfois de façon tranchée. Plusieurs débats publics se sont déjà tenus, souvent très (trop) tendus, parfois gangrenés par des groupes “anti” très en pointe mais peu représentatifs. Ces débats animés obscurcissent le fait qu’un parc éolien bien situé est généralement bien perçu, ainsi que le montre un sondage récent de “Vers l’avenir” selon lequel 93 % (1) des Wallons sont favorables aux éoliennes. Pour clarifier les choses, la Région wallonne a d’ailleurs estimé nécessaire de faire une mise au point, fort bien faite par ailleurs (2). Chacun pourra y recourir et se faire une opinion. Pas d’opposition majeure non plus chez nos voisins de Perwez, malgré le fait que les mats soient relativement plus proches des habitations que pour le site projeté de Corroy-Walhain.

Des éoliennes : par qui – et pour qui ?
Plutôt que réalimenter ce débat du pourquoi, nous préférons aborder un aspect important et peu connu : des éoliennes : qui en profite ?

3 options principales existent : Le tout privé, ou l’éolien participatif citoyen, ou mixte.

  • Dans le premier cas, c’est assez clair : tout vient du privé, et tout y retourne ; surtout les profits qui sont alléchants, avec certificats verts à la clé. D’où le foisonnement d’éoliennes installées et à venir, et de sociétés créées. Même Electrabel, assise sur ses centrales nucléaires et à charbon, s’y est mise… Dans ce cas de figure, ni les communes ni les habitants ne sont impliqués en aucune manière, ni en amont ni en aval… hormis le propriétaire du terrain qui touche une somme certes alléchante pour lui mais ridicule au regard des profits dégagés.
  • Le deuxième cas, c’est tout autre chose : ce sont les citoyens qui s’approprient le projet, en synergie avec les pouvoirs publics locaux (communes) mais aussi en partenariat bien compris avec le privé. Cela prend diverses formes juridiques : SCRL, coopérative, SA, ou simple participation. Et ce n’est pas du vent : des cas concrets existent, notamment à Houyet sous l’impulsion du pionner Bernard Delville et l’asbl “Vents d’Houyet” ; à Villers-le-Bouillet et son “éolienne communale”. D’autres projets sont en gestation (Ittre ; Gembloux, Modave, Vaux-sur-Sure…). Chaque citoyen peut investir individuellement par l’acquisition d’une part de la coopérative. Et donc un retour financier local via une redevance versée à la Commune et pour les citoyens.
  • Le troisième cas, qui consiste à choisir une éolienne mi privée, mi publique. Cette option est la plus susceptible de répondre aux craintes formulées par le Collège pour qui l’option 100% citoyenne, en cas de problème, devrait être suppléée par la Commune.
    (La Commune ne devrait jamais intervenir en cas de carence, ni pour une société, en l’occurrence ici Electrabel, ni pour une Coopérative)

Dans notre commune, des citoyens, porteurs de ce projet ont contacté le Collège communal et une commission ad hoc s’est créée autour de l’échevin de l’énergie, Ph. Mignon qui a l’énergie dans ses attributions. Des contacts suivis ont lieu avec nos voisins de Walhain (3), partenaires de facto dans ce projet et tout aussi soucieuse d’associer directement la population d’obtenir en obtenant des retombées qui pourront profiter à l’ensemble des habitants. Sans oublier en sus de l’intérêt environnemental évident. et du souci d’y associer directement la population.

La déclaration de politique communale issue des élections de 2006, dans son chapitre « Énergie » précise ceci : L’équipe ARC-ECOLO prend neuf engagements : (…) soutenir activement les associations et les groupements de citoyens qui travaillent sur des projets d’indépendance énergétique et/ou la mobilité douce.

A la lecture de cet engagement et rassurés par la dynamique de la commission ARC – ECOLO sur ce thème, quelle ne fut pas notre surprise quand nous apprîmes que l’échevin avait donc donné son blanc-seing à Electrabel ! Rappelons que le Collège communal a récemment décidé par un vote à la majorité (ARC mais pas ECOLO) d’accepter la proposition d’Electrabel. Sans concertation préalable avec le groupe et sans réunion préalable d’information des citoyens. Sans doute pressé par Electrabel, le Collège a présenté le projet en urgence aux membres du Collège, leur demandant de donner leur accord sur l’option « sécurisante » de la multinationale. ECOLO n’a pas eu le temps de proposer une alternative et fut contraint de s’opposer à cette option.

Et pourtant, nous ne baissons pas les bras. Nous faisons appel à tout citoyen intéressé par ce projet participatif. Il y a, certes, des obstacles : déterminer la forme juridique, le montage et la prise de risques financiers, l‘interdit militaire, le choix du développeur… Mais nous ne sommes pas seuls : un « vade-mecum destiné aux communes » a même été créé à cette intention par le facilitateur éolien de la Région wallonne, qui est lui-même disposé à nous aider ; nous pouvons compter sur nos voisins de Walhain et sur l’expertise d’autres communes ou groupes qui ont déjà fait ce choix. Nous pensons aussi qu’il est primordial, de travailler avec les citoyens, pas à leur insu. Des réunions d’information et de concertations préalables sont nécessaires.

Notre objectif est de maximiser les retombées locales positives d’une installation d’éoliennes dans la commune, tout en contribuant à l’énergie renouvelable de proximité. Une chose est claire : si nous ne faisons rien et laissons Electrabel tout faire réaliser son projet, les retombées locales seront quasi nulles.

Il n’est pas non plus question de laisser la commune, financièrement étranglée, et dont ce n’est pas le métier, prendre tout à sa charge. Une répartition équilibrée entre citoyens, communes et le privé (Electrabel ou autre), pourrait se mettre en place de façon à ne léser personne et assurer le bien commun. On pourrait voir analyser dans quelle mesure le modèle d’une ou plusieurs éoliennes communales ouverte à l’actionnariat citoyen pourrait coexister avec les éoliennes privées, avec gestion commune sous la responsabilité d’Electrabel. Cela se fait ailleurs ; pourquoi pas chez nous ?

(1) Sondage de « Verts Vers l’Avenir » du 3 mai 2010
93 % des personnes sondées sont favorables à l’installation d’éoliennes (parmi elles, 68 % se disent tout a fait d’accord, 25 % plutôt d’accord). 6 % seulement se déclarent contre l’installation d’éoliennes en Wallonie
http://www.lavenir.net/extra/Static…

Share This